L’orthodoxie des astrologues, la science entre le dogme et la divination à Byzance (VIIe-XIVe Siècle), par P. Magdalino, 2006, 194 p. 27 €

La Byzance des moines et des icônes est une évidence qui cache trop souvent à nos yeux d’autres réalités tout aussi importantes, dont les techniques et les sciences, héritées de la tradition hellénique. L’astrologie en est une, que le présent livre décrit pour l’époque s’étendant du Vlle au XIVe siècle. Elle n’est pas alors une superstition banale, mais méthode cherchant à relier les choses d’ici-bas à l’ordre céleste. Étroitement liée à l’astronomie, elle s’insérait à Byzance dans une cosmologie orthodoxe. Les astrologues byzantins tentèrent de concilier leur science avec la religion, affirmant qu’elle conduisait vers la connaissance de Dieu en recherchant la providence dans les mouvements étoiles. Ce faisant, ils risquaient de réduire l’intervention divine à un système mécanique et ont provoqué la méfiance de l’Église orthodoxe, une méfiance accentuée par 1eurs emprunts à l’astrologie alors en plein essor dans le monde arabe. C’est de là surtout les sciences mathématiques, dont l’astrologie, passèrent en Occident et semèrent le gel de la révolution scientifique. Byzance aurait peut-être contribué à cette révolution si avait reconnu l’orthodoxie de ses astrologues.