Najrân

Arabie Saoudite

Vue du site de gravures rupestres d'An Jamal

Localisation : 17°28’38.21"N ; 44°10’46.03"E

Directeur : Christian J. ROBIN (UMR 8167 - Mondes sémitiques) - 2005-2012

Peinture rupestre dans l'abri sous roche d'al-Hamda
Le site de Najrân est implanté dans la wâdî du même nom, dans la province sud-ouest du Royaume d’Arabie Saoudite, à 7 kilomètres au nord de la frontière yéménite. Cette oasis fut un lieu de passage sur la piste des caravanes, qui mène aux puits de Bi’r Himâ (90 km au nord-nord-est de Najrân), à ‘Ân Jamal (8,5 km au nord-est de Bi’r Himâ) et au Jabal Kawkab (22 km au nord-est de ‘Ân Jamal), sites explorés dans le cadre de nos travaux.




Vue du site de gravures rupestres d'al-Khushayba

L’oasis de Najrân est au cœur d’un questionnement multiple. Tout d’abord, elle apparaît dans les inscriptions sudarabiques comme centre d’un royaume dès le 7e s. av. J. C., probable étape majeure sur la piste caravanière. Se pose alors la question du tracé de ces pistes et de la nature des populations qui y transitaient. L’oasis fut par ailleurs un grand centre urbanisé dès le 1er mill. av. J. C. et le demeure jusqu’aux premiers siècles de l’hégire. Ceci nous amène à nous interroger sur la manière dont évolue le peuplement au cours de la période préislamique. Y observe-t-on un recul des établissements de l’aval vers l’amont identique à celui des vallées du Yémen ? Si oui, comment l’interpréter ? Par ailleurs, la transition entre période préislamique et période islamique reste mal connue. L’intérêt de cette oasis est de présenter une occupation continue d’une période à l’autre. Son étude éclaire les modalités de cette transition, les degrés de ruptures et de continuités que l’on peut observer dans le tissu urbain et dans la culture matérielle.
Enfin, Najrân fut l’un des grands centres monothéistes préislamiques d’Arabie, abritant une communauté chrétienne dont le martyre, au VIe s. nous est rapporté par de nombreuses sources textuelles. Il importe de cerner comment s’y ancre le christianisme, la nature de son enracinement dans la population et son devenir à partir de la période islamique




Panneau gravé de femmes et cavaliers dans le Jabal Kawkab
Parmi les résultats de la mission, la mise au point d’une méthode d’enregistrement systématique des gravures et inscriptions rupestres a constitué une réussite
Cette méthode a été testée avec succès à Bi’r Himâ et au Jabal Kawkab. La totalité des données ont été informatisées sur une base de données relationnelle et sur un système d’information géographique. L’inventaire exhaustif des inscriptions et pictogrammes de ‘Ân Jamal fera l’objet d’une publication rapide. La Mission a également effectué plusieurs découvertes majeures lors de ses prospections, en particulier celle d’un sanctuaire à ciel ouvert à Jabal Kawkab, dédié au dieu « dhû-Samâwî ».

Parallèlement, plusieurs sites de la région de Najrân ont été explorés, complétant notre connaissance de l’organisation du territoire à l’époque préislamique. Dans cette optique, un programme de fouilles archéologiques serait à l’avenir indispensable afin de préciser la chronologie des établissements et pour comprendre l’aménagement urbanistique dans le wâdî Najrân.



Inscription sudarabique mentionnant la caravane du Nord et la caravane du Sud (Ie - 2e siècle ap. J.-C., Jabal Kawkab)



Quatre campagnes ont été menées dans la région de Najrân depuis 2007.

Collaborations :Orient et Méditerranée 8167 - Christian Robin, Mounir Arbach, Guillaume Charloux, Jérémie Schiettecatte, Université du roi Sa‘ûd d’al-Riyâd, Délégation des Antiquités et des Musées du royaume d’Arabie séoudite, al-Riyâd, Haute Autorité du Tourisme du royaume d’Arabie Saoudite

Partenariat : Ambassade de France à al-Riyâd