Cécile Revel-Barreteau

samedi 6 décembre 2014

Cécile Revel-Barreteau a soutenu une thèse, intitulée :
Le rôle des élites laïques dans les communautés chrétiennes d’Afrique romaine, vandale et byzantine (fin IIè siècle - fin VIè siècle.)
le samedi 6 décembre 2014.

sous la direction de Jean-Marie Salamito.

Résumé

Héritier de la culture classique antique et ancien professeur de rhétorique, Augustin d’Hippone (354-430) est l’auteur d’une œuvre vaste et variée où il s’illustre comme un théologien, philosophe, pasteur à la pensée originale et puissante. Il n’est pas connu cependant comme historien et n’est pas l’auteur d’ouvrages spécifiquement historiques. Pourtant, comme évêque africain et autorité intellectuelle reconnue de ses contemporains, il a été amené à s’engager dans des controverses pour lesquelles il a utilisé une argumentation historique construite avec rigueur. Les méthodes avec lesquelles Augustin rassemble et critique ses sources et interprète l’histoire sont étudiées à partir de la Cité de Dieu et des traités anti-donatistes. Elles sont analysées en fonction du contexte culturel antique, à l’aide des réflexions historiographiques contemporaines. De quelle façon Augustin répond-il aux exigences d’un travail historique lorsqu’il aborde l’histoire de Rome et de l’Église ? Les recherches ont été menées en trois étapes pour envisager tout d’abord Augustin comme historien de Rome et particulièrement de la République romaine, puis comme historien du rôle de la religion (païenne et chrétienne) à Rome, et enfin comme historien du schisme donatiste en Afrique. Ces axes d’études permettent d’approfondir l’analyse des méthodes d’Augustin et de mettre en valeur une progression, d’un travail accompli à partir de sources secondaires sur une époque éloignée, à un travail mené partir d’une documentation qu’il réunit lui-même sur l’histoire de l’Église de son temps.