Départ à la retraite de François Baratte

Le jeudi 25 juin, les collègues et amis de François Baratte ont souhaité saluer sa contribution à une Équipe qu’il a, durant près de vingt ans, dirigée. En effet, il a été pendant douze ans à la tête du « Centre Lenain de Tillemont pour le christianisme ancien et l’Antiquité tardive » ; lorsque de nombreux spécialistes des époques archaïque et classique ont rejoint le Centre, il l’a transformé en l’Équipe « Antiquité classique et tardive » qu’il a créée, dirigée pendant huit ans et insérée dans la grande UMR fédérative "Orient et Méditerranée" (UMR 81 67).
Durant toutes ces années, il a assuré avec bienveillance et impartialité l’équilibre entre les périodes (archaïque, classique, tardo-antique) et entre les disciplines (textes et linguistique, histoire, archéologie, numismatique et épigraphie). Au cours des dernières années, il a été parmi les premiers qui, répondant aux tout récents appels d’offre de Sorbonne Universités, ont vu leurs projets transversaux retenus.
Par l’importance et la qualité de sa propre recherche, François Baratte a contribué au renom d’ACT : en 2010 il a reçu le Prix d’Archéologie de la Fondation del Duca, au titre des fouilles franco-tunisiennes de Haïdra (ancienne Ammaedara). Durant des années, il a mené une collaboration exemplaire avec ses collègues tunisiens, en particulier le Pr. Fathi Bejaoui, directeur général de l’Institut national du Patrimoine (Tunis), et formé nombre de spécialistes tunisiens.
La production de François Baratte est considérable et, en 2014, ce chercheur a fait paraître, en collaboration, un ouvrage sur les Basiliques chrétiennes d’Afrique du Nord : inventaire des monuments de la Tunisie qui a reçu en 2015 le Prix Georges Perrot de l’Académie des Inscriptions et belles lettres.
Tous les membres d’ACT veulent rendre hommage à un collègue qu’ils admirent pour sa distinction, sa courtoisie et pour la fécondité de ses projets collectifs aussi bien que de sa recherche personnelle.

O. Munnich, S. Simonin