La fabrique de l’histoire

Du lundi 9 au vendredi 13 mai 2016

Lundi : Actualités des parutions
co-animé par Anaïs Kien
En première partie de la Fabrique de ce jour,
Entretien avec Achille Membé, professeur d’histoire et de science politique
à l’Université de Witwatersrand à Johannesburg pour son ouvrage « Politiques
de l’inimitié » (éd. De la Découverte).
Puis en deuxième partie en lien avec la semaine consacrée à la chute de
Constantinople avec Michel Kaplan, historien, médiéviste, byzantiniste pour son ouvrage « Pourquoi Byzance ? Un empire de onze siècles » (éd. Gallimard)

Mardi : 1453, la chute de Constantinople
Un documentaire de Anaïs Kien et Françoise Camar
C’en est fini de l’Empire chrétien d¹Orient, Constantinople sera désormais
le fleuron d’un empire musulman. Depuis quatre siècles les Eglises d¹Orient et
d’Occident se sont éloignées, les controverses théologiques et les conflits
d’autorité ont eu raison de l¹unité chrétienne.
En 1453, à Constantinople, on trouve des chrétiens de tradition orientale,
des Latins venus majoritairement d¹Italie et reconnaissant l’autorité du
pape et de Rome, mais on y trouve aussi des juifs, des musulmans, des Grecs,
des Slaves, des Turcs, une société profondément cosmopolite installée entre
la Mer Noire et la mer Egée.
1453 trône au rang de mythe dans la culture catholique, une des dates
importantes de la chronologie historique scolaire. Elle rappelle l’existence
de Byzance, empire oublié, au temps où la chrétienté bicéphale se partageait
de part et d’autres de la Meditterranée, entre Rome et Constantinople. Le
passé flamboyant de Byzance raconte un temps où le christianisme prétendait
encore régir le monde entier. Si sa capitale change de mains, elle n’en perd
pas pour autant son aura de berceau de la chrétienté et du monde occidental.
Mais en 1453 Byzance se résume à sa cité légendaire et à son arrière pays,
et Mehmed II, un jeune sultan ottoman, va bouleverser le partage spirituel
et politique du monde connu.
La chute de Constantinople et ses récits avec trois historiens :
Marie-Hélène Blanchet, Vincent Déroche et Nicolas Vatin auteurs de l’ouvrage
paru chez Anacharsis "Constantinople 1453, des Byzantins aux Ottomans"
<http://www.editions-anacharsis.com/...>

Mercredi : La croisade de 1204
co-animé par Anaïs Kien
Guillaume Saint-Guillain, maître de conférences en histoire médiévale à
l¹Université d’Amiens
Jean-Claude Cheynet, historien, Professeur d¹histoire byzantine à
l’Université de Paris IV

Jeudi : Le schisme des églises d’Orient et d’Occident
co-animé par Anaïs Kien
Marie-Hélène Blanchet, historienne, chargée de recherche au CNRS,
spécialiste de l¹histoire intellectuelle et religieuse de l¹Empire byzantin
à l’époque paléologue.
Frédéric Gabriel, directeur de recherches au CNRS, à l¹Institut d¹histoire
de la pensée classique (ENS de Lyon).
Michel Stavrou, professeur de théologie des dogmes à l¹Institut de théologie
orthodoxe Saint-Serge.