Appel à participation pour le projet de recherche transversal

Les visions : mise en récit, langage et techniques

- Projet dirigé par Madeleine Scopello


Ce projet propose une recherche transversale sur le thème de la vision dans les religions et cultures du monde méditerranéen et du proche Orient, depuis l’Antiquité au Moyen Age. Plus précisément, il vise à étudier les visions dans leur mise en récit, en dégageant le lexique et les techniques narratives employés.

Généralement rendue par une terminologie négative qui met en évidence son aspect indicible, la vision subit une réélaboration littéraire effectuée soit par le récipiendaire, soit par un disciple qui recueille ses paroles, soit par un scribe ou un tachygraphe, soit encore par un auteur qui réutilise les éléments de cette vision, comme matériau littéraire, pour construire son propos.

La recherche portera sur une sélection de textes issus du paganisme, du judaïsme et du christianisme dans leur variété. Pour ce qui est des mondes païens, le choix est très vaste : récits transmis par les littératures grecque et latine ; textes philosophiques ; littérature médicale ; corpus hermétique ; papyrus magiques. En ce qui concerne le judaïsme, entrent en jeu tant les écrits bibliques que les textes issus de l’apocalyptique et des courants mystiques. Quant au christianisme, il offre une large palette de possibilités : récits de vision consignés dans le Nouveau Testament, dans les évangiles et les actes apocryphes et dans les textes patristiques. Seront aussi versés au dossier des récits de vision présents en nombre dans la littérature gnostique directe et indirecte, et quelques rares mais significatifs exemples attestés par les sources manichéennes et mandéennes. L’on examinera également ce thème dans le Coran, puis dans les courants de l’islam mystique où il revêt une importance majeure.
Cette enquête privilégiera des écrits qui n’ont jamais été étudiés ou qui n’ont pas fait l’objet d’une analyse approfondie. Le choix des textes sera fixé avec les participants au projet.

Pour aborder ces récits issus de contextes divers, il s’impose, tout d’abord, d’élaborer un lexique des termes employés (vision, voir, contempler, visionnaire, myste, apparition, manifestation, épiphanie…) dans les langues concernées (hébreu, araméen, grec, latin, copte, syriaque, arabe, persan…). Dans ce lexique entreront aussi des termes relatant le comportement du visionnaire face à la vision (immobilité, silence, altération de la conscience…). L’établissement de ce précis lexical, fondé sur l’histoire des mots et leur évolution, permettra de se demander s’il existe un langage technique commun aux diverses traditions pour décrire l’expérience de la vision.

Nombre de questions seront ensuite posées ; on en énumère ici quelques-unes :

  • Qui sont les récipiendaires de la vision ? Les candidats sont nombreux : on trouve des héros humains à la destinée exceptionnelle, des initiés, des prophètes, des maîtres à penser mais aussi des personnes que rien ne semblerait prédisposer à la vision. Les expériences décrites ont, selon les cas, un but différent. En outre, si les récits concernent en grande partie des hommes, des femmes sont également investies par la vision et, plus rarement, des enfants. Observe-t-on une différence de contenu, de langage et de style selon le genre ou l’âge du récipiendaire ? Quels sont les thèmes privilégiés par un visionnaire homme, femme ou enfant ? Ce point devra être également étudié sous un angle historique et social.
  • Que voient les visionnaires ? Une manifestation d’une entité divine ? Un aperçu des lieux célestes ou infernaux, avec leur lot de secrets ? Des apparitions angéliques ou démoniaques ?
  • Que leur apporte cette vision ? Une connaissance réservée sur les mondes transcendants ? Une révélation qui les concerne directement, capable de modifie leur moi ? Des conseils spirituels ? Des conseils pratiques ? Le dévoilement de l’avenir, collectif ou individuel ?
  • Quelle est la nature de la vision ? Il existe des visions célestes comme des visions diaboliques. Est-ce que ces dernières font l’objet d’une présentation stylistique particulière ?
  • De quel type de vision s’agit-il ? Visuelles, auditives (cf. l’exemple bien connu du « Tolle, lege »), ou olfactives ? Y-a-t-il des constantes dans la vision (par exemple, le rôle de la lumière ou des ténèbres) ?
  • Comment les états où l’on expérimente la vision sont-ils décrits : en songe, en état de sommeil ou de veille, en extase, lors d’un voyage intérieur ?
  • Quels sont les lieux privilégiés de la vision ? Seront considérés les lieux géographiques propices à la vision (la montagne, le désert etc.) ainsi que les lieux intérieurs (les « chambres de l’âme »).
  • Comment atteint-on la vision ? La vision est-elle spontanée, impromptue, ou bien a-t-elle été préparée voire provoquée ? Des exemples de cas donneront lieu à une analyse comparative. On examinera également les techniques pratiquées individuellement ou en groupe par certains visionnaires (prière, ascèse, repli sur soi, techniques théurgiques…).
  • Quelles images et métaphores interviennent-elles dans les descriptions de la vision ? Peut-on ou pas constater un emploi d’un même lot d’images dans des récits qui s’inscrivent dans des traditions différentes ?
  • Aux visions individuelles – les plus fréquentes –, s’ajoutent des visions expérimentées à l’unisson par un maître et son disciple, ou par un groupe ésotérique. Quel est le traitement littéraire de ces visions partagées ?

Un autre point majeur qui devra être traité est celui de la présence, dans les récits de vision, d’un être intermédiaire, d’un aggelos, qui assure le lien entre le monde transcendant et le visionnaire. Dans plusieurs traditions, cette figure a une fonction d’instructeur et de pédagogue (angelus interpres) ; non seulement il épaule le récipiendaire mais il lui conseille le comportement à adopter au moment de la vision, et lui en dévoile éventuellement la signification. Sur ce point, comme sur bien d’autres, on relèvera – là où cela est possible et sans forcer les traits –, les relations entre des textes issus de milieux différents.

Ce projet ne peut se réaliser sans la participation de collègues des différentes équipes de l’UMR ; nous espérons qu’ils puissent se joindre à nous.
Quatre séances préparatoires sont envisagées sur un an, suivies par deux journées d’études la deuxième année, et un colloque l’année suivante dont les actes seront publiés.

Réponses à envoyer à Madeleine Scopello : madeleine.scopello@gmail.com