L’apport des Assomptionnistes français aux études byzantines : une approche critique, Actes du colloque de Bucarest, 25-27 Septembre 2014, éd. M.-H. Blanchet et I.-A. Tudorie, Paris 2017 (Archives de l’Orient chrétien, 21), 536 p.

L’apport des Assomptionnistes français aux études byzantines : une approche critique, Actes du colloque de Bucarest, 25-27 Septembre 2014 , éd. M.-H. Blanchet et I.-A. Tudorie, Paris 2017 (Archives de l’Orient chrétien, 21), 536 p.

Membres d’une congrégation catholique fondée en France en 1845, les Assomptionnistes n’avaient pas initialement vocation à devenir des byzantinistes. Lorsqu’à la faveur de l’installation d’une petite communauté à Constantinople en 1895, certains d’entre eux ont entrepris des recherches sur l’Orient orthodoxe, ils ne pensaient probablement pas faire école ni marquer la byzantinologie d’une empreinte spécifique. Pourtant leurs travaux, poursuivis durant plus d’un siècle, ont stimulé et nourri ceux de beaucoup de spécialistes. Comprendre comment ils ont abordé leur objet d’étude – l’Église byzantine –, selon quelles directions de recherche et en mettant en valeur quel type de résultats, permet de repenser aujourd’hui certaines des orientations qu’ils ont données à la discipline. Les études réunies dans cet ouvrage collectif analysent dans une perspective critique les méthodes et les choix scientifiques de ces religieux catholiques, mais aussi leurs préjugés en tant que spécialistes d’une confession qu’ils qualifiaient eux-mêmes de « dissidente », alors qu’ils étaient animés, au moins à l’origine, par une perspective prosélyte. Les contributions de ce volume entrecroisent l’histoire des intellectuels catholiques au 20e siècle et l’historiographie byzantine, afin d’éclairer ces relations entre engagement confessionnel et science, souvent fécondes, mais parfois peut-être aussi contradictoires, et afin d’esquisser un bilan de l’œuvre scientifique des Assomptionnistes de l’Institut français d’études byzantines.