Jean-Renaud Garel

Jean-Renaud Garel a soutenu une thèse intitulée :
Contexte socio-culturel et domestication des céréales au Proche-Orient,
le 15 octobre 2015 sous la direction Jean-Yves Monchambert.

Résumé

Les céréales domestiques, blé et orge, sont apparues sur plusieurs sites éloignés du Proche-Orient à partir de précurseurs sauvages originaire d’Anatolie. Cette thèse propose que la domestication de ces céréales est le résultat de quatre étapes successives et indépendantes : 1) au Natoufien ancien, une sédentarisation a augmenté la fertilité en rapprochant les naissances. Ceci a créé un nouveau besoin en aliments de sevrage qui a rendu les céréales indispensables comme ressource alimentaire. La croissance démographique a fait évoluer la structure sociale des communautés des groupes familiaux à des groupes locaux ; 2) au Natoufien récent, la crise environnementale du Dryas récent a obligé certaines communautés à combler leurs besoins en céréales avec les premières mises en culture. Ces communautés ont réussi à maintenir leur vie sédentaire, leur population et leurs capacités technologiques en rigidifiant leur structure sociale en chefferies ; 3) au PPNA, une expansion coloniale des communautés qui ont survécu au Dryas récent a transplanté les céréales sauvages dans l’ensemble du Proche-Orient en les adaptant à des sols et des climats nouveaux ; 4) au PPNB, la recherche d’une plus grande productivité et un heureux hasard ont fait apparaître les céréales domestiques sur quelques sites. La domestication des céréales au Proche-Orient est donc le résultat d’un processus évolutif qui a modifié à la fois le contexte socio-culturel des communautés humaines et leur relation aux céréales.