Agnès Lorrain

Agnès Lorrain a soutenu une thèse de doctorat en Études grecques :
Théodore de Cyr, Interpretatio in Epistulam ad Romanos : édition, traduction et commentaire,
le 5 décembre 2015, sous la direction d’Olivier Munnich.

Le président du jury était Marie-Odile Boulnois.
Le jury était composé de Volker Henning Drecoll, Jean-Noël Guinot, Martin Wallraff.

Résumé

L’In epistulas Pauli de Théodoret de Cyr (Ve siècle) est le plus ancien commentaire en grec des épîtres de Paul conservé dans sa langue originale. Cette thèse propose l’édition critique du Prologue et de l’In Romanos, à partir de l’examen de tous les manuscrits de la tradition directe ainsi que d’un manuscrit de chaîne. Elle offre aussi la première traduction de cette œuvre en français. Alors que de nombreux travaux se sont penchés sur les principes et les méthodes de l’exégèse antiochienne de l’Ancien Testament, celle du Nouveau Testament est encore assez mal connue. À travers différentes études thématiques, on tente de caractériser la démarche exégétique propre à ce corpus en analysant les éléments structurant le discours ainsi que certaines particularités sémantiques : on met ainsi au jour les lignes de force de l’interprétation à l’œuvre dans un commentaire dont la distance par rapport au texte commenté est minimale. Par ailleurs, on met en lumière le travail de l’exégète par rapport à la source chrysostomienne. Enfin, on étudie les articulations entre exégèse et polémique – discours sur les Juifs, cible marcionite, échos des controverses trinitaires et christologiques – en cherchant des rapprochements avec la tradition exégétique et théologique en ce qui concerne l’argumentation scripturaire. L’analyse de la démarche argumentative aussi bien que la recherche des sources permet de mettre en relief les richesses d’une œuvre qui, à première lecture, semble être une simple paraphrase du texte biblique.