FLORIENTAL (2011-2016)

De Babylone à Bagdad : une histoire des "herbiers" au Proche-Orient

From Babylon to Baghdad : Toward a History of the “Herbal” in the Near East

Projet ERC coordonné par Robert HAWLEY

Colloque international 2014 : Retracer l’histoire de l’herbier au Proche-Orient ancien


Financement du Conseil européen de la recherche - Ref. ERC-2010-StG-263783
Durée du programme : 60 mois : 2011-2016
Partenaire : CNRS - UMR 8167 Orient & Méditerranée

Le programme FLORIENTAL se propose de retracer l’histoire du genre littéraire de « l’herbier » au Proche-Orient depuis ses origines au IIe millénaire avant notre ère jusqu’au travail de Hunayn ibn Ishaq, au IXe siècle de notre ère.

« L’herbier » – ce genre constitué de listes de plantes accompagnées d’une description de leurs propriétés médicinales et thérapeutiques – témoigne d’une curieuse histoire au Proche-Orient ancien. Les premiers herbiers y furent élaborés probablement au IIe millénaire avant notre ère, et plus particulièrement dans le sud de l’Iraq actuel. Ecrits en cunéiforme mésopotamien, ces premiers herbiers sont de véritables précurseurs à l’origine d’une longue tradition scribale toujours entretenue par les érudits de l’époque séleucide, plus de mille ans après leurs premiers balbutiements.
Cependant, à l’extrême fin de l’Antiquité, dans le Baghdad du IXe siècle de notre ère, lorsque les califes abbasides s’attachèrent à collecter et faire traduire en arabe les savoirs scientifiques, ce n’est pas à l’ancienne tradition autochtone mésopotamienne qu’ils pensèrent mais plutôt aux écrits importés d’auteurs grecs tels que Dioscoride, Galien, Hippocrate, comme si l’existence même d’un savoir scientifique local et indigène avait été oublié.

Afin de mieux comprendre et expliquer ce décalage curieux mais fascinant dans l’histoire de ce genre littéraire, un des buts principaux du projet Floriental est de remédier à l’inaccessibilité de la plupart des sources primaires sur les herbiers, surtout celles en langues syriaque et akkadienne. Beaucoup d’entre elles n’ont pas encore fait l’objet d’une édition critique, ni même d’une publication quelconque ; pour cette raison le travail d’édition de textes est une priorité. Un autre obstacle rencontré par le projet est la barrière de spécialisation qui empêche bien souvent les discussions entre spécialistes du Proche-Orient ancien, classiques, médiévistes ou encore archéobotanistes.

Le programme FLORIENTAL s’articulera autour de trois volets :

- Publication des résultats