Organisation

- Gouvernance
L’UMR 8167 dispose de trois éléments de gouvernance commune : le directeur, le Conseil de direction, le Conseil de laboratoire. Cette gouvernance reconnaît aux directeurs adjoints une initiative scientifique et une autonomie de gestion dans un cadre précisé ci-dessous.

  • Le directeur
    Le directeur de l’UMR 8167 est élu par le Conseil de direction. Son mandat est de cinq ans renouvelables et ne peut excéder 12 ans. Il a pour mission d’assurer la cohérence et le bon fonctionnement de l’UMR. Il dirige les services communs, supervise les programmes transversaux. Il met en œuvre la politique scientifique décidée par le Conseil de direction, après avis du Conseil de laboratoire. Il représente l’UMR auprès des tutelles et des partenaires extérieurs. Il peut déléguer à un directeur adjoint la représentation de l’UMR auprès des diverses tutelles. La directrice actuelle est Véronique Boudon-Millot.
  • Le Conseil de direction
    Le Conseil de direction se compose des 6 directeurs des équipes de l’UMR 8167 citées ci-dessus. Ces directeurs sont élus pour 5 ans par les personnels statutaires de chaque équipe réunis en assemblée générale. Les directeurs des équipes portent le titre de directeur adjoint. Le Conseil de direction choisit en son sein le directeur de l’UMR et après avis du Conseil de laboratoire propose le nom du directeur aux tutelles.
    Le Conseil de direction a une compétence générale sur toutes les questions concernant l’UMR : demande de moyens ordinaires (budgets récurrents) ou exceptionnels, détachements, post-docs, chercheurs étrangers, équipement, locaux, financements de colloque, programmes transversaux, etc. Il se réunit à la convocation du directeur, ou à la demande de la majorité absolue de ses membres, au moins trois fois par an.
  • Le Conseil de laboratoire
    Le Conseil de laboratoire de l’UMR 8167 est composé de membres de droit, de membres élus par les équipes, de membres nommés et d’invités. Le mandat du Conseil de laboratoire est de 5 ans. Il est compétent pour toutes les questions qui concernent l’ensemble de l’UMR. Son avis est sollicité avant toute décision importante concernant les opérations scientifiques majeures, comme la définition et la mise en œuvre des programmes transversaux, l’organisation et le fonctionnement de l’UMR, le budget, la formation, le recrutement de nouveaux membres. Le Conseil de laboratoire de l’UMR se réunit trois fois par an, sur la convocation du directeur de l’UMR.

- Personnels
L’UMR comptait, en juin 2012, 162 membres statutaires, dont 34 chercheurs CNRS, 83 enseignants-chercheurs et 26 autres chercheurs (conservateurs de musée et bibliothèques) , 33 ingénieurs, techniciens, administratifs (ITA/IATOS). 59 membres sont habilités à diriger des recherches (HDR).
L’UMR compte également 62 enseignants-chercheurs associés. Ce statut permet à de nombreux collègues dont l’Université n’autorise pas le rattachement à une UMR éloignée de leur lieu d’activité de participer à nos programmes, même si leurs travaux ne sont pas comptabilisés dans nos statistiques.
Organigramme directionnel et présentant le personnel ITA du laboratoire

-  Infrastructures
Les locaux de l’UMR 8167 sont situés au cœur des institutions de recherche de Paris et de sa banlieue proche. L’UMR 8167 compte 5 sites propres : la Maison de la recherche de Paris-Sorbonne, la Sorbonne (Paris-Sorbonne et Panthéon-Sorbonne, l’EPHE), l’Institut d’Art, l’INHA, la délégation CNRS Paris A, le campus CNRS de Villejuif. _ Une partie non négligeable des chercheurs est accueillie par l’Institut d’études byzantines du Collège de France. Au total, l’UMR 8167 bénéficie de 738 m² de locaux.
Les bibliothèques spécialisées et les fonds documentaires de l’UMR 8167 constituent un aspect fondamental du dispositif de recherche et sont un facteur d’attractivité important pour les chercheurs étrangers. Ces bibliothèques comptent parmi les meilleures d’Europe et l’UMR participe au financement de la plupart d’entre elles. Parmi ces fonds, on peut citer la Bibliothèque d’histoire des religions, la Bibliothèque byzantine, le Centre de recherches égyptologiques de la Sorbonne, le Centre de recherches d’histoire et civilisation byzantines et du Proche Orient, Institut de recherche sur Byzance, l’Islam et la Méditerranée au Moyen Âge (IRBIMA) etc.